L'historique du régiment énonce les différentes citations obtenues par le 329° RI.

 

1/ Citation à l'ordre de la 2° Armée : "S'est signalé dans de nombreux combats depuis le début de la campagne, notamment à Berry-au-Bac, en septembre 1914, et au Labyrinthe (nord d'Arras, mai et juin 1915). Le 26 septembre, sous le commandement du Lieutenant-Colonel Ricour, a débouché dans un ordre admirable et avec un élan magnifique contre les positions ennemies sous un bombardement écrasant d'artillerie lourde. Le 27 septembre, le Colonel et la plupart des officiers de l'Etat-Major du régiment ayant été tués par une même rafale d'obus qui avait brisé et enfoui le drapeau, a continué sa progression héroïque, conduit par le seul officier supérieur survivant; a relevé son drapeau et est arrivé à 150 mètres du réseau de fils de fer ennemi; s'est, malgré un feu terrible d'artillerie et de mitrailleuses, maintenu sur ses positions". (Décision du 21 octobre 1915)

 

2/ Citation à l'ordre de la 6° Armée : "Sous l'impulsion d'un Chef, véritable chevalier sans peur et sans reproche, le Lieutenant-Colonel Puntous, le 329° a enlevé d'un seul élan, le 4 juillet 1916, un village fortement occupé. Son chef ayant été tué et les 2 chefs de bataillon blessés, le 329°, soumise à une violente contre-attaque, a dû évacuer une partie de la position dans la nuit, mais a repris énergiquement l'offensive le 5 juillet au matin, et a rejeté l'ennemi à la baïonnette hors du village, s'emparant d'une batterie de 3 pièces de 105".

 

L'ordre général 6F du Général Commandant en Chef précise : "Le Général Commandant en Chef décide que le 329° RI, qui a été cité 2 fois à l'ordre de l'Armée pour sa brillante conduite devant l'ennemi, aura droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de Guerre". (Décision du 24 août 1916)

 

3/ Citation à l'ordre du Corps d'Armée : "Le Général commandant le 5° Corps d'Armée cite à l'ordre du Corps d'Armée le 329° RI. Pendant toute la journée du 24 mars 1918, le 329° RI, sous le commandement du Lieutenant-Colonel Desbareau, a tenu ses positions devant les attaques d'un ennemi supérieur en nombre, lui infligeant des pertes très graves, et en fin de journée, ses éléments, enveloppés par suite des progrès ennemis sur son flanc droit s'ouvrant à la baïonnette le chemin du retour. A continué de lutter en première ligne pendant toute la journée du 25 mars, arrêtant l'ennemi par le tir ajusté de ses mitrailleuses. A été maintenu sur le champ de bataille, malgré les pertes et la fatigue, jusqu'au 30 mars 1918". (Décision du 11 avril 1918)

 

4/ Citation à l'ordre de la 5° Armée : "Le Général commandant la 5° Armée cite à l'ordre de l'Armée le 329° RI et le 53° bataillon de tirailleurs sénégalais. Le Groupement, aux ordres du Lieutenant-Colonel Boulet-Desbareau, comprenant le 329° RI et le 53° bataillon de tirailleurs sénégalais aux ordres du Commandant Deveaux, au cours d'une série de luttes incessantes et acharnées, du 18 au 27 juillet 1918, malgré les fatigues antérieures et les pertes subies, a fait preuve des plus hautes qualités combatives, a réalisé des progressions importantes, a repoussé plusieurs contre-attaques, et au moment où l'ennemi s'est replié, l'a talonné sans arrêt. A fait 200 prisonniers, pris de nombreuses mitrailleuses et 5 canons". (Décision d' août 1918)

 

5/ Citation à l'ordre de la 5° Armée : "Le Général commandant la 5° Armée cite à l'ordre de l'Armée le 329° RI et le 53° bataillon de tirailleurs sénégalais. Le 329° RI, aux ordres du Lieutenant-Colonel Boulet-Desbareau, renforcé du 53° bataillon de tirailleurs sénégalais aux ordres du Commandant Deveaux (ce dernier grièvement blessé au cours des combats). Le 30 septembre 1918, chargé d'une manoeuvre délicate qui comportait le franchissement de la Vesle, dont l'ennemi tenait l'autre rive, rencerclement d'un massif boisé et l'enlèvement des importantes hauteurs du Mont Ferré, s'est brillamment acquité de sa mission, atteint à l'horaire tous ses objectifs, réalisant d'emblée une progression de 4 kilomètres, faisant près de 400 prisonniers et s'emparant de nombreuses mitrailleuses. Au cours de la même journée, a repris l'attaque, puis, jusqu'au 4 octobre, a talonné l'adversaire, a élargi la tête de pont encore précaire de Berry-au-Bac et refoulé l'ennemi jusqu'au camp de Sissonne, faisant de nouveaux prisonniers. Placé en avant garde de la division, du 7 au 11 novembre, le 329°, réduisant progressivement les lignes de mitrailleuses qui lui étaient opposées, a poursuivi vigoureusement les allemands jusqu'à la Meuse, s'emparant de nombreux trains d'artillerie, de matériel et de vivres.

                                     drapeau 329RI

 

 

Par ordre n° 140F, la fourragère a été conférée aux unités ci-après : aux couleurs du ruban de la Médaille Militaire au 329° RI; aux couleurs du ruban de la Croix de Guerre au 53° bataillon de tirailleurs sénégalais". (Décision du 11 décembre 1918)