PUN_BV_0001_PLEHubert Théodore PUNTOUS naquit le 20 mai 1870 à Cuxac d'Aude, canton de Courson (Aude) à 2 heures du matin.

Il est le fils de Pascal Puntous, cocher, et de Léocadie Justine Causse, son épouse, sans profession.

Août 1891 : Hubert Puntous est orphelin de père. Sa mère, remariée, élève 2 jeunes enfants nés de ce second mariage, et exploite une petite propriété viticole qui vient d'être dévastée par le phylloxéra. Bernard Causse, grand père maternel d'Hubert Puntous, a déposé en préfecture une demande de bourse avec trousseau en faveur de son petit-fils, afin qu'il puisse être candidat à l'école militaire spéciale de St Cyr. Le 3 août 1891, le conseil municipal de Cuxac d'Aude informe la préfecture de l'Aude qu'il émet un avis favorable à cette demande.

Hubert Puntous intègre St Cyr le 27 octobre 1891, promotion du Soudan. Il en sort 81° sur 449 élèves classés, et rejoint le 144° régiment d'infanterie, avec le grade de Sous-Lieutenant, le 1° octobre 1893.

Il est promu Lieutenant le 1° octobre 1895, et Lieutenant de 1° classe le 1° avril 1900.

Il quitte le 144° RI suite à sa promotion au grade de Capitaine le 24 décembre 1907. Il est affecté au 2° zouaves, puis gagne le 5° RI le 24 septembre 1912, et le 205° RI le 4 août 1914. Il a été fait Chevalier de la Légion d'Honneur le 11 juillet 1914.

Il est promu Chef de Bataillon à titre temporaire le 19 septembre 1914, d'abord au 148° RI, puis au 329° RI à compter du 24 septembre 1914.

L'ordre du jour n° 9 du régiment indique, à la date du 28 septembre 1914 : "Le Chef de Bataillon Puntous, du 148° RI est affecté au 329°, et prend le commandement du 6° bataillon en remplacement du Commandant Roger, tué à l'ennemi" (JMO).

Dès lors, Hubert Puntous va déployer toute son énergie à entraîner ses hommes au combat. L'écrivain Jacques Meyer, sous-Lieutenant au 329° RI en octobre 1915, dépeint Hubert Puntous : "un soldat bronzé, tanné, casqué..." (La biffe, ed. 1928, p.55)

Le 5 mai 1915, il est nommé Chef de Bataillon à titre définitif, et dès le 11 mai, alors que le régiment participe aux durs combats devant Neuville-Saint-Vaast (Pas de Calais), il prend le commandement du 329° régiment en remplacement du Lieutenant-Colonel Vannière blessé et évacué.

Hubert Puntous prend de nouveau le commandement du 329° RI le 27 septembre 1915, suite au décès du chef de corps, le Lieutenant-Colonel Ricour à la butte de Tahure (Marne). Il est nommé Lieutenant-Colonel le 30 septembre 1915.

En 1916, le 329° RI est engagé dans les violents combats de la Somme, front destiné à soulager, du moins le pense-t-on, le secteur de Verdun.

Le 3 juillet 1916, le régiment reçoit l'ordre de relever des unités engagées dans le secteur de Fay (Somme). Le PC du Lieutenant-Colonel est situé au sud-est de cette localité. Le 4 juillet, une balle vient frapper Hubert Puntous qui s'était avancé, au milieu de ses hommes, à 100m de la lisière d'Estrées. Dans La Biffe, Jacques Meyer, écrit : "Barca, qui a assisté debout au départ du 5° bataillon, a été touché mortellement..." (p.201)

Officier de la Légion d'Honneur, décoré de la Croix de Guerre avec 4 palmes et une étoile d'argent (4 citations à l'ordre de l'armée, une à l'ordre de la division), Hubert Puntous est décédé des suites de ses blessures dans une ambulance chirurgicale proche de Fontaine les Cappy le 4 juillet au soir.

Son corps repose dans le caveau familial du cimetière de Cuxac d'Aude :

DSC_4410

Merci à Alain Girod et Ludovic Petit pour cet envoi