Barca était le surnom du Lieutenant-Colonel Puntous, qui a commandé le 329° RI du 30 septembre 1915 au 4 juillet 1916.

Barca était un mot souvent employé par Hubert Puntous pour n'admettre aucune réplique à la fin des ordres, décisions, observations qu'il donnait de vive voix (historique du régiment).

En juillet 1916, le 329° RI est engagé dans les durs combats de la Somme.

Le 3 juillet, le Général de division réunit tous les officiers du régiment. S'adressant à Barca, il lui renouvelle sa confiance et lui annonce son désir de faire gagner la fourragère au 329° en lui confiant une mission difficile. Barca reçoit l'accolade du Général, et "nous voyons couler sur la figure tannée de notre Barca des larmes qui ne sont pas des larmes de commande" (J.Meyer, La Biffe ed.1928, p.188)

Le 4 juillet, vers 9 heures, Hubert Puntous avance son PC à la lisière NE du bois du Satyre, situé au SE de Fay.

A 13 heures, ordre est donné au régiment de faire mouvement vers Estrées, "village occupé par l'ennemi et défendu par de nombreuses mitrailleuses, dont un centre important est le moulin" (JMO). L'objectif du 329° est la lisière NE d'Estrées qui englobe ce moulin.

L'attaque est déclenchée à 17h30 après une préparation d'artillerie. "L'entrain est parfait, le Lieutenant-Colonel est au milieu des vagues d'assaut" (JMO). La progression est ralentie par des tirs nourris de mitrailleuses ennemies. "Le Lieutenant-Colonel installe son PC dans un trou de marmite à 100m environ de la lisière d'Estrées" (JMO).

Hubert Puntous continue à diriger ses hommes vers les premières lignes "Barca, qui a assisté debout au départ du 5° bataillon..." (J.Meyer, La Biffe ed.1928 p.201).

Mais "une balle provenant probablement du SO le frappe" (JMO).

Barca n'est que blessé, il est transporté "au poste de secours du boyau 12" (dossier SHD) du G.B.D.3 (groupe de brancardiers divisionnaires).

Le Médecin-Major de 2° classe Le Dantu, chargé du service chirurgical du poste de secours, relate en ces termes la mort de Barca "j'ai été prévenu qu'un Colonel était mourant sur la route. Je suis parti aussitôt...A 4 ou 500m, nous avons rencontré une auto sanitaire marchant à toute petite allure; elle transportait le Colonel...Le chauffeur me déclara que le transport était extrêmement pénible pour le Colonel, le moindre cahot lui arrachait des cris de souffrance, et ses forces semblaient diminuer rapidement...Il présentait une plaie pénétrante du thorax par balle. Le visage était déjà terreux, les yeux se vitrifiaient, le pouls n'était plus perceptible. Les moyens thérapeutiques tentés en vue de soutenir le coeur échouèrent et le blessé mourut moins de 10 minutes après son arrivée au poste de secours" (dossier SHD).

 

Puntous

fiche Mémoire des Hommes

 

 

 

Barca fut inhumé le lendemain au cimetière de Fontaine les Cappy.

 

Puntous_015

dossier SHD

Son corps fut restitué à sa famille, à Cuxac d'Aude, le 3 janvier 1922.

Qualifié de "véritable chevalier sans peur et sans reproche" dans la citation adressée au 329° RI par le Général Fayolle, commandant la VI° Armée, le 27 août 1916, Hubert Théodore Puntous, dit Barca, sera fait Officier de la Légion d'Honneur le 4 juillet 1916 (JO du 15 août 1916).