de_ramel

Le vicomte Joseph Régis Henri Jean de Ramel, conseiller général du Gard, avocat à la Cour d'Appel de Paris, naquit au château de Lormont (Gironde), le 29 octobre 1880.
Son père, le comte Augustin Fernand, était docteur en droit, avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de Cassation, maire d'Alès, député du Gard et ancien sous-préfet, chevalier de la Légion d'Honneur et officier d'académie.

Poursuivant ses études au Collège Stanislas puis à la faculté de droit de Paris, Jean de Ramel, bien qu'appartenant à la classe 1900, ne sera incorporé, comme appelé, que le 14 novembre 1903 au 74° RI.
Nommé caporal de réserve en 1907, puis sergent de réserve en 1910, il est affecté au régiment d'infanterie du Havre.

Le 15 janvier 1915, il est nommé sous-Lieutenant de réserve à titre temporaire, et devient porte-drapeau du régiment.

Le 2 juillet 1915, le Chef de Corps du 329°, le Lieutenant-colonel Ricour, écrit " officier d'un dévouement absolu qui compense son manque d'expérience par la bonne volonté la plus complète. D'une éducation parfaite, d'un excellent esprit, bien à sa place comme porte-drapeau".

En septembre, le régiment est en Champagne. Le 25, la 53° Division de réserve doit attaquer la Butte de Tahure. Le 329° est à la gauche du dispositif. En début de nuit, ses éléments de 1° ligne sont à moins de 200m des tranchées ennemies, à l'ouest de la butte.

Jean de Ramel se trouve, en compagnie du Lieutenant-colonel Ricour, commandant le régiment, et d'une partie de son état-major, avec le 5° bataillon, de part et d'autre de la route menant de Souain à Tahure.

Le 27 au matin, ce secteur est violemment bombardé par de l'artillerie lourde allemande.

Le bataillon subit des pertes sérieuses. A 7h00, le Lieutenant-colonel Ricour et plusieurs officiers dont Jean de Ramel sont tués, ainsi que de nombreux sous-officiers et hommes de troupe pris sous le feu des mitrailleuses ennemies.

Jusqu'au bout, Jean de Ramel aura cherché à préserver le drapeau du 329°, qui fut retrouvé sous son corps enseveli.

Jean de Ramel fut cité à l'ordre de la II° Armée et reçut, à titre posthume, la Croix de Guerre avec palme.

Son nom figure sur le monument aux morts du Palais de Justice de Paris.

plaques_020

 

Jean de Ramel est Chevalier de la Légion d'Honneur.