Les mois de juillet des années 1916, 1917 et 1918 furent des mois difficiles, le 329° étant engagé dans de durs combats dans la Somme, au Chemin des Dames et en Champagne.

Juillet 1916

C'est la bataille de la Somme.

Le 3 juillet, le régiment arrive dans le secteur de Fay.

Le lendemain, la 106° brigade doit agir sur Estrées. Le 329° attaque à 17h30, et subit immédiatement le feu des mitrailleuses ennemies. Le lieutenant-colonel Puntous est mortellement blessé (voir l'article qui lui est consacré dans la rubrique "ils ont commandé le 329° RI"). A 19h00, le 5° bataillon est entré dans Estrées, et a fait 150 prisonniers. A 21h00, une violente contre-attaque oblige le 6° bataillon, qui était entré à son tour dans Estrées, à se replier. Finalement, cette contre-attaque échoue.

Le bilan de cette journée est lourd pour le 329° qui compte 11 officiers hors de combat, dont son chef, et 2 disparus. Le JMO fait état de 47 hommes tués, 142 blessés, 118 disparus.

Le 5 juillet, après que le lieutenant-colonel Albert ait pris le commandement du régiment, le 329° continue d'occuper Estrées après une journée encore une fois éprouvante.

Les combats se poursuivent les jours suivants, faisant encore près de 70 morts dans des rangs déjà clairsemés. Parmi eux, les capitaines Desgroux et Dandine ainsi que le médecin major de 1° classe Drouard.

Juillet 1917

L'offensive du Chemin des Dames se poursuit, et le 15, le régiment est engagé dans le secteur du Poteau d'Ailles, de Sancy, et de Paissy.

Près de 100 hommes, dont le chef de bataillon Hugo, perdront la vie au cours des différentes attaques auxquelles le 329° prit part.

Juillet 1918

Le régiment, qui a rejoint la 9° DI, et auquel a été rattaché le 53° bataillon de tirailleurs sénégalais, arrive en Champagne le 13. Il est soumis à de nombreuses attaques allemandes à compter du 15, et sera engagé, toute la 2° partie du mois, au bois du Roi, au bois de Courton, à Belval, à la Poterne, secteurs situés dans la région d'Epernay.