René Camard, l’un des 16 internationaux de football morts pendant le conflit, était sergent au 329° RI.
Né dans le 7° arrondissement de Paris le 8 février 1887, René Jean-Baptiste Camard va très vite se consacrer aux sports, sans délaisser pour autant  ses études ; il obtient son certificat d’études primaires, un certificat d’études de l’association des instituteurs et un diplôme du lycée Voltaire à Paris.

Mais il excelle aussi dans la pratique de plusieurs sports : marche, tir, course à pied, concours athlétiques, natation, cyclisme, pelote basque et surtout football. D’abord licencié au Red Star, il rejoint les rangs de l’Association Sportive Française.

camard1

Le 21 avril 1907, René Camard est appelé en équipe de France, au poste d’ailier gauche, pour affronter la Belgique à Bruxelles en match amical.

camard2

 

La France l’emporte 2 buts à 1, grâce à 1 but inscrit à la 72° minute par François qui pousse le gardien belge dans sa cage « avec Bon et Camard » selon les comptes rendus de l’époque.

 

camard3

René Camard est appelé quelque temps après pour effectuer son service militaire au 129° RI du Havre, ville qui vit la naissance du premier club de football français. Il intègre bien sûr l’équipe régimentaire de football et celle du HAC, où il rencontre Pierre Six, qui sera sous-lieutenant au 329°et sera tué le 7 juillet 1916 à Estrées, et qui joue, lui aussi, dans les deux équipes. Le 9 janvier 1910, le 129° RI rencontre le 39° RI de Rouen pour la 1° journée du Championnat de France militaire, et l'emporte 4 buts à 0. Le Petit Havre écrit le lendemain : "les meilleurs joueurs de la ligne d'avant furent Camard (alors caporal) à l'extrême gauche et Rémy ainé. Ils marquèrent les deux premiers buts, Rémy en les rentrant dans les filets, Camard en les servant à Rémy". Huit jours plus tard, le HAC rencontre le FC Rouennais en championnat de Haute-Normandie; le même scénario se reproduit, but de Rémy sur passe décisive de Camard. Enfin, lors de la finale du Championnat Militaire du 3° Corps d'Armée, remportée par le 129° RI sur le 28° RI par 12 buts à 0, René Camard inscrit, à lui seul, 5 buts !

 

 

camard5

 

 

 

 

En 1912, René Camard, est capitaine de l’AS Française qui remporte le Championnat de Paris, puis est finaliste du championnat de France face au Stade Raphaëlois.

Le match, joué au stade du Matin à Colombes (qui deviendra le stade olympique Yves du Manoir pour les Jeux Olympiques de 1924), voit la victoire des joueurs du sud de la France, 2 buts à 1 après prolongation. Le but de l’AS Française est inscrit par René Camard

 

 

 

 

 

 

En 1913, René Camard, alors représentant de commerce, épouse, le 29 mars, Inès Moreau à la mairie du 9° arrondissement de Paris.

Lorsque la guerre éclate, le sergent René Camard rejoint le 329° RI. Le 28 août 1914, lors de la retraite de la 1° Armée, il est blessé à Guise (Aisne).

Puis c’est la bataille de la Marne, au cours de laquelle le 329°, placé en réserve, n’intervient pas directement, la poursuite de l’ennemi jusqu’à l’Aisne, où le régiment est engagé.

Mars 1915 : le régiment est cantonné dans le secteur de Bray-sur-Somme depuis plusieurs semaines. Le 15, à la tombée de la nuit, un fourneau de mine allemande explose dans le secteur de Carnoy, et provoque un vaste entonnoir. 3 compagnies se rendent à Carnoy et se livrent à de violents combats avec l’ennemi. C’est en encourageant ses hommes lors de ces combats pour la possession de l’entonnoir que René Camard est mortellement atteint.

camard6

Quelques jours après, René Camard est cité à l’ordre de la 53° division. La Croix de Guerre lui est décernée à titre posthume.

 

Le 8 avril 2016, étaient inaugurés, à Clairefontaine-en-Yvelines, temple du football français, de nouveaux locaux en présence, notamment, du ministre des sports, et de l'entraîneur de l'équipe nationale, Didier Deschamp, champion du monde en 1998 (à la tribune).

DSC05008

Différents objets et documents ayant appartenu à René Camard sont maintenant présents à Clairefontaine.

DSC05039

Merci à Gilles CAMARD, petit neveu de René CAMARD, et à son père, pour les précieux renseignements et documents qu'ils m'ont transmis.