Meunier (2)

Il est né le 7 avril 1881 à Ecrosnes (E&L) où ses parents sont épiciers.

En 1901, quand il passe devant le conseil de révision, il est employé de commerce, mais le 23 octobre, il contracte, à la mairie de Dreux, un engagement de 3 ans pour le 129ème RI du Havre.

Il renouvelle ses engagements à plusieurs reprises, gravit les échelons, et est nommé adjudant-chef le 24 octobre 1913.

Il part en campagne avec le 329ème RI comme chef de section, et participe à toutes les opérations menées par le régiment.

Le 14 septembre 1914, il est blessé d’une balle à la nuque à Berry-au-Bac ; il est évacué sur l’hôpital de Bergerac ; il revient au régiment le 16 octobre 1914.

Il est nommé sous-lieutenant le 25 décembre 1914.

Il est de nouveau blessé le 3 juin 1915 au Labyrinthe, par un éclat d’obus à la tête qui ne nécessite pas l’évacuation.

 

Il est cité pour la première fois, et nommé lieutenant à titre temporaire le 28 juin 1915, promu à titre définitif le 26 décembre 1915.

Il prend le commandement de la 20ème compagnie.

Le 4 juillet 1916, alors que le régiment est engagé depuis le matin dans l’offensive de la Somme, il s’empare d’une mitrailleuse après en avoir tué l’un des servants d’un coup de révolver, et fait prisonniers les 4 autres.

Il reçoit sa deuxième citation.

Il devient capitaine le 31 décembre 1916, commandant la 14ème compagnie.

Il est cité pour la troisième fois pour son attitude et ses actions lors des combats des 25 mars à Neuville-sur-Margival, et du 5 mai 1917 à la ferme Mennejean (secteur du moulin de Laffaux).

Le 5 septembre 1917, il est nommé capitaine adjudant-major.

Deux autres citations viennent couronner la carrière de Georges Meunier : pour les reconnaissances effectuées en septembre/octobre 1918 lors de la poussée contre les armées allemandes, puis pour le commandement d’un bataillon d’avant-garde qui, du 7 au 10 novembre, a enfoncé les arrière-gardes ennemies.

Le 18 janvier 1919, le capitaine Meunier quitte le 329ème RI pour le 4ème RI.

Le 23 septembre 1919 il épouse, à Paris 5ème, Lucie Antoinette Maublanc.

Georges Meunier sera promu chef de bataillon au bureau de recrutement de Toulon.

Georges Meunier est Officier de la Légion d’Honneur, et décoré de la Croix de Guerre avec 1 palme et 5 étoiles.

Rendu à la vie civile, il se retire à Nice où il décède le 19 juin 1950.