Charles René Geoffroy est né le 6 janvier 1880 à 6h00 à Neufchâteau (Vosges) au domicile de ses parents, Charles, âgé de 30 ans, et Angèle Guillemin, âgée de 22 ans, son épouse.

Les témoins de la naissance sont 2 agents de police de la ville.

Le 12 janvier 1898, il s'engage à Chateauroux au 90° régiment d'infanterie en garnison dans la ville.

Il est successivement nommé caporal (24 août 1898), sergent (12 avril 1899) puis sergent fourrier (29 septembre 1899).

Le 15 décembre 1902, il est nommé officier d'administration de 3° classe des services d'état major et du recrutement.

Il est nommé officier d'administration de 2° classe, au bureau de recrutement de Nantes, le 15 décembre 1904, passe à Chalons-sur-Marne le 13 octobre 1905, puis au bureau de la Seine le 7 septembre 1912.

Le 27 avril 1905, il avait épousé, à Rouceux (Vosges), Gabrielle Joséphine Debenath.

Il devient officier d'administration de 1° classe le 27 mars 1913, affecté à l'état major de la 9° division d'infanterie à Orléans.

A sa demande, il intègre, le 17 décembre 1916, le 66° bataillon de chasseurs à pied avec le grade de capitaine; il devient capitaine adjudant-major le 22 avril 1917.

Il rejoint le 329° régiment d'infanterie le 11 avril 1918, et est promu chef de bataillon à titre temporaire le 1° juin 1918. Il est blessé par balle à la jambe gauche le 30 septembre à Montigny-sur-Vesle; déjà cité à l'ordre de l'Armée le 30 août 1918 pour l'énergie déployée lors d'une attaque le 18 juillet qui permit de faire 107 prisonniers et de prendre à l'ennemi 9 mitrailleuses, il est de nouveau cité à l'ordre de l'Armée le 17 novembre.

Après l'armistice, il sert dans diférents bureaux de recrutement (Mâcon; Grenoble); il devient lieutenant-colonel de réserve le 31 décembre 1923, colonel le 1° septembre 1939, commandant le 214° régiment régional.

Il est fait prisonnier le 18 juin 1940, libéré par les autorités militaires allemandes le 23 juillet 1940.

Il est démobilisé le 2 septembre 1941 par le centre de Paris, où il est directeur de société.

note 1918

Tout au long de sa carrière, Charles René Geoffroy a recueilli les meilleures appréciations de sa hiérarchie pour son énergie, sa bravoure, son sens du commandement.

Charles René Geoffroy est officier de la Légion d'Honneur, décoré de la Croix de Guerre avec 2 palmes.

Il s'éteint le 28 octobre 1958 à Paris.