Hubert (12)

Il est né le 30 octobre 1885 au Havre.

Il est incorporé le 6 octobre 1906 au 39ème RI pour effectuer son service militaire.

Le 1er avril 1908, il est nommé sous-lieutenant de réserve par décret du Président de la République.

Il intègre le 129ème RI du Havre, et passe lieutenant de réserve le 1er avril 1912.

Le 18 décembre 1909 il épouse, à Reims, Eugénie Marguerite Louise Saraben ; le couple aura 2 enfants.

 

Il part en campagne avec le 329ème RI, chef de section à la 17ème compagnie, prend le commandement de la compagnie le 16 septembre 1914 quand le capitaine Le Traon, qui la commandait, est promu chef de bataillon, commandant le 5ème bataillon. Il est lui-même blessé par balle de shrapnell le 14 septembre.

Il passe capitaine le 14 mars 1915, et conserve le commandement de la 17ème compagnie.

Il est cité à 4 reprises à l’ordre de l’Armée, et est décoré de la Croix de Guerre avec 4 palmes !

Il est nommé chevalier de la Légion d’Honneur le 5 juillet 1916 pour ses actions lors de l’attaque de Perthes-les-Hurlus en septembre 1915, et celle de la Somme en juillet 1916.

Le 30 juin 1916, il est nommé adjudant-major au 5ème bataillon, et prend la tête du bataillon lors de l’attaque d’Estrées le 4 juillet, après que son chef de bataillon ait été blessé.

Le 13 juillet 1916, il est victime d’un effondrement consécutif à l’explosion d’un obus ennemi ; il est contusionné à la face, mais souffre surtout d’une fracture du poignet gauche qui va nécessiter de longs mois de traitement, les circonstances n’ayant pas permis que le capitaine Hubert soit soigné plus tôt.

Il quitte le front en septembre 1916 et subit différents traitements jusqu’en février 1918.

Il est alors nommé au service des chemins de fer aux Armées à Saint-Dizier

Il est promu chef de bataillon le 31 décembre 1925, puis lieutenant-colonel le 13 juillet 1939.

Il est démobilisé le 28 juillet 1940, et reprend son activité de commissaire de sociétés, agréé par la cour d’appel de Paris.