Il est né le 21 décembre 1886 au Havre.

A 20 ans, il habite à Montivilliers et est employé de commerce.

Il est appelé au 132ème RI le 8 octobre 1907.

Il est nommé sous-lieutenant de réserve au 62ème RI le 1er avril 1909, et arrive au 129ème RI du Havre le 25 octobre 1909 ; il est promu lieutenant le 1er avril 1913.

Il part en campagne avec le 329ème RI, officier chargé des approvisionnements.

Il prend le commandement de la 22ème compagnie le 1er mars 1915.

Il est cité pour la première fois le 20 avril 1915.

Le 11 mai 1915, à Neuville-Saint-Vaast, il est blessé par balle à la cuisse gauche qui occasionne une fracture du fémur, et un raccourcissement de la jambe de 5 cm qui le laissera boiteux.

Il est évacué, et passera 7 mois à l’hôpital Péau à Paris.

Il est cité pour la deuxième fois pour s’être porté, à la tête de sa compagnie, à l’attaque de retranchements ennemis.

Ce même jour, le régiment enregistre 71 tués.

Il revient à l’activité le 3 janvier 1916, détaché à l’état-major de l’Armée, 4ème bureau du ministère de la guerre, service des chemins et des étapes.

Il est promu capitaine le 15 avril 1916.

D’après ses proches, ses fonctions au ministère de la guerre le fatiguent énormément ; il dépérit d’après son épouse, mais refuse de prendre du repos comme le lui conseillent les médecins qu’il croisait quotidiennement.

En octobre 1918, l’épidémie de grippe a déjà fait des ravages ; le capitaine Mairesse, épuisé, est touché.

Il décède à son domicile parisien le 22 octobre 1918.

En dépit des témoignages recueillis, de l’avis de médecins l’ayant côtoyé ou soigné, le capitaine Mairesse n’est pas reconnu Mort pour la France.

Robert Mairesse est Chevalier de la Légion d’Honneur, décoré de la Croix de Guerre.