Joseph Charles Albert Lemaître est né le 8 avril 1885 à 2 heures du matin, au domicile de ses parents à Graville (Seine Inférieure, devenue Maritime). Il est le fils de Xavier Prudence, et de Lebertois Zoé Alphonsine, et est le  6° d'une fratrie de 10 enfants (3 filles et 7 garçons).

 

shd_056                 joseph10             shd_058     

                       

Après avoir obtenu son certificat d'études primaires, le jeune Joseph va suivre, pendant 3 ans, les cours de l'école des Beaux Arts du Havre, section industrielle.

A la sortie de cette école, il entre aux Chemins de Fer de l'état en qualité de chaudronnier en cuivre.

Il arrive au 129° RI le 6 octobre 1906 en qualité d'appelé de la classe 1905.

Il est nommé sergent le 26 janvier 1908.

Libéré de ses obligations militaires le 25 septembre 1908, il se retire à Graville Ste Honorine, puis reprend une activité professionnelle aux chemins de fer de l'Etat, comme chaudronnier, à Mantes (Seine et Oise).

Le 21 mai 1910, il épouse Suzanne Capron qui décèdera quelques années pus tard.

Suzanne

Août 1914 : le sergent Joseph Lemaître quitte Le Havre avec le 329° RI, régiment qu'il ne quittera pas de toute la campagne.

Durant tout le conflit, Joseph Lemaître va faire preuve d'un courage et d'un dévouement sans bornes, soulignés par 8 citations ("officier d'un courage à toute épreuve", "officier d'une haute conception du devoir", "officier d'une bravoure incomparable").

Il est nommé adjudant le 17 mai 1915, et sous-lieutenant à titre temporaire le 21 octobre de la même année.

Fin 1918, le dernier chef de corps du 329° écrit "il suffit de lire le texte des nombreuses citations du Capitaine Lemaître, pour constater qu'il a été, en campagne, un parfait officier de troupe".

 Il reçoit sa première blessure le 11 mai 1915 lors de l'attaque du moulin de Thélus, près de Neuville-Saint-Vaast, une deuxième blessure, occasionnée par une chute, l'atteint le 2 décembre 1916, une troisième le 17 juillet 1917 lors d'une attaque au poteau d'Ailles, sur le Chemin des Dames. Il refuse à chaque fois d'être évacué !

Son ultime fait d'armes se déroule le 30 septembre 1918. Le 329° a reçu mission de nettoyer les abords de la Vesle. A 05h30, le capitaine Lemaître lance sa compagnie, la 21°, à l'assaut du village champenois des Venteaux. Malgré une forte résistance ennemie qui lui cause des pertes "assez lourdes" (JMO), la compagnie réussit à s'emparer du village, faisant 105 prisonniers dont 3 officiers, et ramenant 1 mitrailleuse lourde, 7 mitrailleuses légères, et quantité de matériels.

Le capitaine Lemaître sera cité à l'ordre de la division et sera fait chevalier de la Légion d'Honneur.

Le 13 juillet 1918, il avait épousé, en deuxième noce, Germaine Capron, soeur de sa précédente épouse.

lemaitre_capron_germaine

Revenu à la vie civile, il rejoint les chemins de fer de l'état, comme contrôleur technique principal puis comme inspecteur.

Il est élevé au grade d'officier de la Légion d'Honneur par décret du 11 juillet 1935, paru au Journal Officiel le 13 juillet. La cérémonie de remise de cette décoration a lieu le dimanche 8 mars 1936, au cours de la réunion annuelle des anciens du 329° RI.

C'est le Chef d'Etat Major Général de l'Armée, le Général Gamelin en personne, qui devait procéder à la réception du récipiendaire. Empêché au dernier moment, il confia ce rôle au Général Boulet-Desbareau, ancien chef de corps du 329°, que l'on voit ici de dos.

legion10

                                                                                                                    photo Pierre Bruger.

Merci à Pierre Bruger, petit neveu du Capitaine Lemaître, pour les documents et informations fournis, notamment les photos de famille, et pour l'autorisation qu'il m'a donnée de les faire paraître ici.